Alexia Cassar, celle qui tatoue les seins des femmes après une mastectomie

Alexia Cassar, celle qui tatoue les seins des femmes après une mastectomie
Source : Elle
12/10/2018 08:00

En marge des solutions médicales « classiques » de reconstruction de l’aréole et du mamelon - comme la greffe de peau ou le tatouage médical - la Française Alexia Cassar propose une alternative unique en Europe : le tatouage 3D. Portrait d’une artiste pas comme les autres.

Ex-chercheuse en oncologie (l'étude des tumeurs cancéreuses), Alexia Cassar a changé de métier à 38 ans, quand sa plus jeune fille, âgée de seulement dix mois, a été touchée par une leucémie aiguë. Elle est devenue tatoueuse de tétons en 3D pour les femmes en rémission d’un cancer du sein. « Quand ma relation avec le cancer est devenue plus personnelle, j’ai eu besoin de me recentrer sur les miens avec un métier plus stable, plus utile et plus ouvert aux autres. Cette reconversion a sonné comme une évidence : le tatouage m’avait aidé à dépasser mes propres souffrances face aux épreuves de la vie, et j’étais convaincue que l’art pouvait aider à se reconstruire », confie-t-elle.

 

Le tatouage 3D est une technique de tatouage non médicale, basée sur le trompe-l’œil. Le but est de donner l’illusion du relief, de la texture et de la couleur de l’aréole et du mamelon après son ablation. « On redonne une symétrie avec l’autre sein ou on recrée complètement les deux mamelons et aréoles quand la mastectomie a été faite sur les deux seins », nous explique la quadragénaire. Cette technique, encore peu répandue sur le vieux continent, a été initiée au début des années 2000 aux Etats-Unis par des tatoueurs traditionnels comme Vinnie Myers. C’est d’ailleurs de l’autre côté de l’Atlantique, à San Antonio, au Texas, qu’Alexia est partie se former : « J’ai d’abord commencé chez un maître tatoueur près de chez moi. Cette période d’apprentissage a été précieuse pour comprendre la culture du tatouage, appréhender les différents types de peau et développer ma créativité. Puis, je me suis également formée à la dermopigmentation médicale, une technique exploitée à l’hôpital qui utilise des pigments semi-permanents pour colorer les aréoles après un cancer du sein. Mais j’avais besoin d’aller encore plus loin pour obtenir le niveau de réalisme nécessaire. Alors je suis partie me perfectionner aux Etats-Unis auprès d’une tatoueuse canadienne qui enseignait la technique du tatouage 3D sur des sessions de formation courtes »...




Recherche

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

Météo

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale