Grippe : un spray nasal à base d'anticorps de lama en guise de vaccin ?

Grippe : un spray nasal à base d'anticorps de lama en guise de vaccin ?
Source : Sciencesetavenir.fr
09/11/2018 09:04

S'immuniser contre la grippe avec un spray nasal à base d'anticorps de lamas, une idée farfelue ? En réalité, c'est exactement ce que des chercheurs ont réussi à réaliser sur des souris.

Grande première : des chercheurs du monde entier ont réussi à immuniser des souris contre les souches de virus de la grippe A et B à la fois. Pour cela, ils leur ont inoculé par spray nasal un produit basé sur des anticorps de lama, selon des travaux publiés dans Science. Des travaux qui suscitent l'espoir, alors que la grippe a causé 13.000 décès lors de l'épidémie 2017-2018.

Les anticorps sont de grosses molécules en forme de Y, produites par notre système immunitaire en réponse à une attaque d'un agent extérieur. Ses extrémités sont faites de façon à reconnaître spécifiquement la menace en cours. En ce qui concerne la grippe, nos anticorps reconnaissent une protéine de la surface du virus, appelée hémagglutinine. Mais si cette protéine est présente sur toutes les sortes de virus de la grippe, elle varie selon les virus de la grippe rencontrés parmi les 60 attaquant l'homme, classés en type A ou B. C'est pourquoi les vaccins actuels doivent cibler une souche spécifique pour avoir le plus de chance d'immuniser contre celles qui séviront l'année en cours. C'est cette part d'incertitude qui fait varier l'efficacité du vaccin entre 20 et 60%. "Nous n'avons pas encore de vaccin qui protège contre les deux principaux types de grippe (A et B)" a déclaré Ian Wilson, biologiste structurel au Scripps Research Institute de San Diego, en Californie, qui a aidé à comprendre le lien entre les anticorps synthétisés et le virus.

Un multi-anticorps inspiré des anticorps de lama

Pour cibler plusieurs souches en même temps, il faudrait donc… Un anticorps à plusieurs têtes. Problème, nos anticorps – et ceux de beaucoup d'autres animaux – sont trop gros pour pouvoir être agglomérés en un produit efficace. Mais, selon une étude parue en Mai 2018 dans Science, quelques espèces possèdent en réalité des anticorps nettement plus petits et légers que les autres animaux. Parmi eux : les chameaux, les lamas ou encore les requins ! En les raccourcissant encore un peu, les anticorps de lama donnent ainsi des mini anticorps, appelés "nanocorps", capables de se fixer à des zones plus fines de l'hémagglutinine virale.

Pour l'étude, les scientifiques, dont certains travaillent pour le laboratoire Janssen, propriétaire de certaines des molécules en jeu, se sont donc penchés sur les lamas. Ils leur ont administré un vaccin contenant trois types de virus, ainsi qu’une protéine clé de deux souches différentes de la grippe. Ils ont alors réuni deux anticorps de lama anti-influenza A et deux anti-influenza B pour créer un anticorps "multidomaine" capable de cibler plusieurs sites vulnérables des virus grippaux A et B. Grâce à des études structurelles en radioscopie et en microscopie électronique, les chercheurs ont pu visualiser exactement où cet anticorps se liait aux protéines de la grippe. Ce nouvel anticorps pouvait être capable de protéger contre toutes les souches du virus en circulation affectant les humains, ainsi que contre de nouveaux sous-types susceptibles de muter et provoquer des pandémies...







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale