Saad Lamjarred : Sorti de prison, il est sous contrôle judiciaire « strict » !

Saad Lamjarred : Sorti de prison, il est sous contrôle judiciaire « strict » !
Source : LesInfos.ma
06/12/2018 13:00

Le chanteur est désormais placé sous contrôle judiciaire sous des conditions strictes. Son état de santé psychologique se serait quant à lui grandement détérioré lors de sa détention. Détails.

C’est confirmé. Ce mercredi, Saad Lamjarred a bel et bien quitté la prison de Luynes (à Draguignan, NDLR) après deux mois de détention suite à une nouvelle affaire de viol. Le chanteur a donc été remis en liberté sous contrôle judiciaire par la cour d’appel d’Aix-en-Provence, sa détention ne se justifiant plus à ce stade de l’instruction. Mais sa liberté a un coût et plusieurs verrous, et sa santé psychologique se serait grandement détériorée au cours de sa détention.

Un contrôle judiciaire plus strict

Chronologiquement, Saad Lamjarred a été interpellé le 26 août dernier à Saint-Tropez après la plainte d'une serveuse de 29 ans, qui l'accusait de l'avoir violée dans la chambre d'hôtel qu'il occupait à Gassin (en Côte d’Azur, NDLR). Il avait été déféré le 28 août devant le parquet de Draguignan, qui avait ouvert une information judiciaire pour viol. Mis en examen dans la foulée, Saad Lamjarred avait convenu qu'il avait eu une relation sexuelle avec la plaignante, mais que celle-ci était selon lui « consentante ». Il avait alors été placé sous contrôle judiciaire par le juge des libertés et de la détention (JLD), avec interdiction de quitter le territoire et sous caution. Le 4 septembre, le parquet avait fait appel de cette décision. « Trop tard », avait jugé Maître Mohamed Bourguiba, l'un des avocats du chanteur, dans une déclaration au journal Nice Matin. « Parce que plus de cinq jours après la décision du JLD », détaillait-t-il. Mais le 18 septembre, sur cet appel, la chambre de l'instruction avait quand même fini par infirmer la décision du JLD de Draguignan et décerner un mandat de dépôt contre Saad Lamjarred. Ses avocats, Jean-Marc Fedida, Mohamed Bourguiba et Thierry Herzog – ténor du barreau et accessoirement avocat de Nicolas Sarkozy, il remplace Eric Dupont-Moretti dans cette affaire - ont formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt, sans résultat.

Mais si la Cour n'a pas donné suite à leur argument d'un appel tardif du parquet, elle a aussi pointé le fait que Saad Lamjarred avait fait l'objet de plusieurs procédures judiciaires pour des abus sexuels, le chanteur étant poursuivi dans deux autres affaires similaires en France. Toutefois, la Cour a estimé mercredi matin qu'à ce stade de l'instruction, après le retour des conclusions d'expertises, un contrôle judiciaire suffisait et que le chanteur pouvait être remis en liberté. Il ne doit cependant pas quitter le territoire Français, remettre son passeport, rester dans sa résidence parisienne, pointer une fois par semaine au commissariat le plus proche, ne pas se rendre dans la région PACA (Provences-Alpes-Côte-d’Azur, NDLR), répondre aux convocations et s’acquitterd’une caution de 75 000 euros.

Santé psychologique dégradée

Lors de son interview polémique avec le magazine « Version Homme » en novembre 2017, Saad Lamjarred avait évoqué ses « moments difficiles » en prison, lors de sa détention dans le cadre de la première affaire l’opposant à Laura Prioul. « C’est un enfer d’être enfermé. J’ai eu de grands moments de doute et de peur. C’est normal de penser à en finir comme tout le monde », avait-il confié. S’il n’avait jamais confirmé avoir réellement tenté de mettre fin à ses jours à l’époque, en octobre dernier plusieurs médias relataient une tentative de suicide du chanteur. Information à moitié confirmée par son avocat, Jean-Marc Fedida, qui avait déclaré que son client souffrait « d’une dépression sévère », et qu’il pense « sérieusement au suicide »parce qu’il « ne supporterait pas de rester en prison, dans une cellule individuelle ».

Et il semblerait, selon plusieurs sources proches du dossier, que l’état psychologique de Saad Lamjarred se soit aggravé ces derniers jours, ce qui aurait « facilité » sa libération provisoire.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que Saad Lamjarredest inquiété par la justice. En 2016, il avait déjà été mis en examen à Paris pour « viol aggravé ». Placé en détention plusieurs mois à la prison Fleury-Mérogis, il avait finalement été remis en liberté en avril 2017 et soumis à un contrôle judiciaire prévoyant son assignation à résidence, avec obligation de porter un bracelet électronique et interdiction de sortie du territoire. Mais les conditions de sa liberté provisoire avaient été grandement assouplies, la justice l’autorisant même à sortir du territoire français. Toutefois, avec cette nouvelle affaire à Saint-Tropez, le chanteur a aggravé son cas et il encourt aujourd’hui jusqu’à 20 ans de réclusion si le crime de « viol » est avéré. 







Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale