A Singapour, un projet écotouristique essuie les foudres écologistes

A Singapour, un projet écotouristique essuie les foudres écologistes
Source : Sciencesetavenir.fr
09/01/2019 09:03

Pour attirer encore plus de visiteurs, Singapour s'est lancée dans la construction d'une vaste zone écotouristique. Mais le projet essuie les foudres des écologistes en raison de dégâts irrémédiables sur les écosystèmes et d'un bilan déjà négatif pour la faune locale.

On l'ignore souvent, mais la cité-Etat asiatique n'est pas seulement une place financière hérissée de gratte-ciel. Avec un climat tropical humide, une partie de son territoire est couverte d'une forêt abritant une faune riche, dont des singes et des pangolins.

C'est dans l'un des secteurs les plus verts que se trouvent notamment le zoo de Singapour et deux attractions - un safari nocturne et un safari fluvial - depuis longtemps prisées des touristes étrangers comme des habitants.

Mais la jungle à proximité est en train d'être défrichée pour laisser la place à un parc ornithologique ainsi qu'à un parc dédié à la forêt pluviale avec un complexe hôtelier de 400 chambres, le tout formant un "pôle de tourisme vert" dans le secteur de Mandai, censé attirer plusieurs millions de visiteurs par an.

Ce projet est loin de convaincre les organisations écologistes, qui entrevoient déjà des atteintes irrémédiables à la biodiversité et l'environnement. Elles l'estiment trop imposant pour la zone et destructeur pour les habitats naturels. Toutes les précautions n'ont pas été prises autour du chantier, déplorent les défenseurs de l'environnement, notamment sur les routes d'accès où nombre d'animaux ont déjà été écrasés.

 

Cette controverse illustre les inquiétudes que génèrent dans un Etat en manque d'espace le développement urbain trop rapide et la disparition de ses derniers refuges de vie sauvage.

- Lémurs volants -

"Il est évident qu'on fait fausse route si on substitue au patrimoine naturel de l'élevage en captivité", explique à l'AFP Subaraj Rajathurai, un expert singapourien des questions de faune sauvage. En l'occurrence, "la priorité était de faire de l'argent plutôt que de trouver un équilibre et de préserver la biodiversité", dénonce-t-il.

Mandai Park Holdings, qui supervise le programme, assure au contraire que son projet est raisonné et qu'il sera un facteur de progrès. Adossé à une réserve naturelle protégée, le site était depuis des années voué à un projet de développement: il est principalement constitué de villages et de terres agricoles abandonnés qui ont depuis été colonisés par la jungle.

Les travaux sont déjà bien avancés dans cette zone qui abrite des lémurs volants et des cerfs. Certaines collines défrichées sont déjà dominées par d'imposantes grues.

Mais l'inquiétude croît autour du nombre d'animaux décédés sur la route menant au zoo en raison de la déforestation. Parmi les victimes recensées par les organisations de protection de la nature, figurent des cerfs, un chat-léopard mais aussi un pangolin de Malaisie, animal classé comme étant en danger critique d'extinction.

Subaraj Rajathurai dénonce un manque de précaution, pointant notamment le fait de ne pas avoir mis suffisamment tôt des barrières de part et d'autre de la route...




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale