Sénégal : à son retour, l’ex-président Wade martèle son appel au boycott du scrutin

Sénégal : à son retour, l’ex-président Wade martèle son appel au boycott du scrutin
Source : lemonde.fr Afrique
08/02/2019 10:00

L’ancien chef d’Etat est rentré jeudi au Sénégal après deux ans d’absence. Il a réitéré son appel à empêcher l’élection présidentielle du 24 février.

L’ex-président Abdoulaye Wade est rentré jeudi 7 février au Sénégal, où il a réitéré son appel à empêcher l’élection du 24 février, « verrouillée » selon lui pour assurer la reconduction de son successeur Macky Sall, malgré le peu d’écho qu’il a rencontré jusqu’à présent.

Le cortège de l’ancien président (2000-2012), qui réside en France, arrivé en jet privé après deux ans d’absence, a mis près de cinq heures pour rejoindre la permanence de son parti dans la soirée, après un trajet jalonné d’étapes en banlieue, acclamé à chaque fois par la foule de ses partisans selon des journalistes de l’Agence France-Presse.

Au cours d’une harangue de plus d’une heure en langue nationale wolof au siège de sa formation, le Parti démocratique sénégalais (PDS), M. Wade, vêtu d’un boubou bleu et d’un châle blanc et coiffé d’un chèche rouge, a exhorté les quatre candidats en lice face au sortant à boycotter le scrutin.

« Ne vous ridiculisez pas en participant »

« Je voudrais que les quatre candidats face à Macky Sall sachent qu’il s’est déjà proclamé vainqueur », a-t-il affirmé. « Macky Sall a déjà son pourcentage, 55 % ou 65 %. Le sachant, ne vous ridiculisez pas en participant à cette élection », leur a-t-il lancé.

Dans une vidéo diffusée mardi, il a appelé la population à s’« opposer à la tenue d’une élection entièrement fabriquée », dénonçant l’invalidation des candidatures des deux principaux rivaux potentiels de Macky Sall, son fils Karim et le maire déchu de Dakar Khalifa Sall, tous deux frappés par des condamnations judiciaires.

Jeudi soir, il a annoncé un programme de « meetings et marches »dans tout le pays, avant, pendant et après le jour du scrutin, appelant à « brûler les cartes d’électeur et les bulletins de vote » et les forces de l’ordre « à ne pas réprimer les manifestants et à ne pas leur jeter de grenades lacrymogènes »...

 




Recherche


Les articles les plus lus

Buzz

Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale