Argent sale : L'Arabie Saoudite sur liste noire de l'UE, en pleine tension diplomatique

Argent sale : L'Arabie Saoudite sur liste noire de l'UE, en pleine tension diplomatique
Source : LesInfos.ma
14/02/2019 14:10

Bruxelles épingle le Royaume wahhabite, en l'ajoutant à sa « liste noire » des nations dont les dispositifs de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme sont jugés insuffisants. Une décision qui suscite immédiatement une réaction de Ryad.

La Commission européenne étend sa « liste noire » pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. L'Arabie Saoudite y fait son entrée, en grand dam de Ryad. Cette mesure remarquée, adoptée mercredi, intervient dans un contexte de tensions international palpable, toujours teinté des retombées de la sordide affaire Khashoggi.

Le Royaume wahhabite, ainsi que le Panama, s'ajoutent alors aux 16 « mauvais élèves » qui figuraient déjà sur ce registre européen – à l'instar de l'Iran, l'Irak, le Pakistan ou encore l’Éthiopie et la Corée du Nord - dont l'objectif est de « protéger le système financier de l'UE », précise l'AFP. Selon Vera Jourova, la commissaire européenne en charge des questions de justice, Bruxelles a « mis en place les normes les plus strictes au monde en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux. Mais nous devons veiller à ce que l'argent sale provenant d'autres pays ne se retrouve pas dans notre système financier », insiste-t-elle.

Il convient toutefois d'indiquer que figurer sur cette liste n’entraîne pas le déclenchement de sanctions à l'encontre des pays. Il oblige néanmoins les banques européennes à appliquer des contrôles renforcés sur les opérations financières avec des clients ou des établissements financiers dans ces pays. « Sur une cinquantaine de pays passés à la loupe, la Commission a conclu que 23 présentaient des carences stratégiques dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Et près de la moitié ne figurent pas sur la liste établie par le Groupe d'action financière (Gafi), chargé de coordonner les efforts internationaux pour assainir le système financier international », informe la même source.

Réticences de certains pays membres

Si l'initiative de la Commission européenne est remarquée, elle reste loin de faire l'unanimité au sein des pays membres. La France et les Royaume-Uni ont en effet rapidement exprimé des réserves sur cette nouvelle liste agrémentée de l'Arabie Saoudite. Leurs réticences sont interprétées par certains comme une volonté de ne pas envenimer les relations avec certains pays, dont l'Arabie saoudite, particulièrement tendues depuis l'assassinat en octobre dernier du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Il ne s'agit pas « d'une opposition à l'ajout de tel ou tel pays », a cependant affirmé une source diplomatique. Et de préciser que les réserves de certains concernaient davantage « la méthodologie » d'évaluation de la Commission, aboutissant à des résultats différents de ceux du Gafi, dont l'expertise fait pourtant autorité, a ajouté cette source, relayé par l'AFP.

Pour la commissaire Vera Jourova, il y a peu de chance qu'une majorité au Conseil s'exprime contre la validation de l'intégration de l'Arabie Saoudite, bien qu'elle affirme confirme « comprendre les réactions de certains États membres ». « C'est un sujet éminemment sensible du point de vue politique » et « il y a des relations des États membres avec ces pays tiers », mais « j'espère que les pays européens comprendront la nécessité de cette démarche », a-t-elle ajouté.

Ryad a pour sa part promptement réagit à cette nouvelle assignation, qui ternit davantage son image et celle de ses dirigeants mis à mal dans les dossiers brûlants de l'affaire Khashoggi ou la guerre au Yémen. Le ministre des Finances saoudien Mohammed Al-Jadaan, cité jeudi par l'agence officielle saoudienne SPA, assure pour sa part que « l'engagement de l'Arabie Saoudite dans la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme est une priorité stratégique pour le Royaume. Nous allons continuer à développer et améliorer notre cadre réglementaire pour parvenir à cet objectif ».




Recherche
Météo Plus
Newsletter
Conformément à la loi 09-08, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition au traitement de vos données personnelles.
Ce traitement a été autorisé par la CNDP sous le n° D-W-343/2017

*: champ obligatoire

En bref Voir plus



Les articles les plus lus

Buzz

En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour faciliter votre navigation, vous proposer des offres adaptées et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter notre Notice légale